A la découverte du diaphragme

A la découverte du diaphragme

De tous les muscles que comprend le corps humain, le diaphragme est certainement l’un des plus importants. Pourquoi? Parce que c’est notre principal muscle inspirateur et qu’il joue un rôle clé à notre maintien postural.

Évidemment, ce sujet est d’une grande complexité et il serait impossible d’écrire tout ce qu’il y a à dire sur lui, dans ce seul article.

Quoi qu’il en soit, la lecture des lignes qui suivent vous aidera à mieux comprendre le fonctionnement de cet organe et les impacts qu’il peut avoir sur notre organisme.

Un peu d’anatomie

Parag 1 Diaphragme

 

Visuellement, nous pourrions comparer le diaphragme à une méduse qui se situe sous la partie inférieure de notre cage thoracique.

Il est relié à nos 6 dernières côtes, notre appendice xyphoïde (petit os pointu situé à la partie inférieure du sternum) et à nos 4 premières vertèbres lombaires.

Sa fonction motrice est assurée par le nerf phrénique émergeant des vertèbres C3-C4-C5 (Des tensions musculaires cervicales pourraient donc engendrer des dysfonctionnements au niveau du diaphragme).

 

 

Il est traversé par plusieurs structures importantes

Diaphragme OK

 

 

A commencer par l’aorte qui est la plus grosse artère du corps et dont le rôle est d’acheminer le sang pompé par le cœur vers tous les organes du corps.

Vient ensuite la veine cave qui assure le retour veineux de la partie inférieure du corps (entre-autre les jambes, le pelvis et l’abdomen), vers le cœur.

Un blocage du diaphragme risquerait d’entraver le retour veineux des membres inférieurs. Sensation de jambes lourdes, dilatation veineuse et oedèmes ne sont que, quelques-uns des effets indésirables que vous pourriez ressentir.

Sans oublier le nerf vague qui est essentiel au bon déroulement digestif et à la régularisation de la fréquence cardiaque.

En terminant avec l’œsophage qui achemine la nourriture de la bouche vers l’estomac

 

C’est le principal muscle inspirateur

Le diaphragme est vital pour notre organisme puisqu’à lui seul, il réalise 75% du travail respiratoire. L’autre 25% étant réalisé par les intercostaux (20%) ainsi que par les scalènes et les S.C.M (5%).

 

Comment est-ce que cela est possible?

 

Imaginez que lors de l’inspiration, les fibres musculaires du diaphragme se contractent en amenant son centre (appelé le centre phrénique) vers le bas.

Le mouvement descendant diminue la pression sous la cage thoracique afin que l’air puisse y pénétrer sous forme de dioxygène.

Lorsque son plein mouvement est atteint, les scalènes et les S.C.M  prennent le relais et se contractent afin de permettent aux premières côtes de s’élever et de les maintenir tandis que les intercostaux créent une expansion de la cage thoracique.

 

Plutôt du genre visuel? Cliquez ici.

 

Petite parenthèse : lors de l’inspiration, l’abaissement du diaphragme vient faire pression sur les viscères qui, à leur tour, viennent pousser sur les abdominaux. C’est la raison pour laquelle nous voyons notre ventre se gonfler lors du mouvement respiratoire. Ses poussées répétées sur nos organes digestifs favorisent l’évacuation des matières fécales.

 

Il est relié à plusieurs organes

Parag 4 Diaphragme

 

 

Tout d’abord, il interagit avec le cœur, les poumons, l’œsophage, l’estomac, le foie, la rate, le pancréas, les reins et le colon. Ce qui n’est pas rien!

Puis, on le retrouve en continuité avec les muscles iliaques et psoas pour former la chaine pelvienne. Cette dernière est d’ailleurs la chaine musculaire la plus importante de notre corps.

Tel que mentionné plus haut, il favorise aussi la digestion en poussant sur les organes lors de son travail descendant. Cela implique aussi qu’en cas de blocage, des problèmes comme de la constipation et des ballonnements pourraient être à prévoir.

 

 

 

En lien étroit avec nos émotions

 

Parag 5

Ce qui veut dire que des sentiments tels que la peur, la tristesse, la colère ou encore l’anxiété, l’angoisse ou la dépression auront un impact direct sur le travail du diaphragme. Le mouvement respiratoire modifié viendra accentuer et renforcer ces émotions négatives et un cercle vicieux s’installera.

Douleur sous les cotes et à la poitrine? Sentiment d’oppression? Respiration saccadée et souffle court? Tous des symptômes pouvant être liés à un diaphragme sous tension.

Évidemment, lors de périodes émotives importantes, il sera l’un des premiers muscles à souffrir de tensions musculaires.

Cela viendra impérativement lui créer une limitation de mouvement et donc, une moins grande entrée d’air. Pour de ne pas souffrir d’une carence en oxygène, les autres muscles inspirateurs (qui ont été mentionnés plus haut) travailleront plus fort afin de compenser.

A long-terme et suite à une sollicitation excessive, ces derniers souffriront aussi de tensions musculaires et finiront par nécessiter l’aide d’autres muscles qui, en temps normal, ne devraient pas (ou très peu) intervenir.

On se retrouve très vite dans une situation ou les muscles, les uns après les autres, subissent des contraintes et n’arrivent plus à faire leur travail de façon optimale. Petit à petit, notre corps s’épuise dû à la très grande consommation énergétique que cela lui demande et c’est notre organisme en entier qui finit par en souffrir.

 

En lien avec les douleurs lombaires

 

Parag 6

 

 

Dernier point, mais non le moindre.

Puisqu’il est solidement ancré à nos vertèbres lombaires, un diaphragme sous tension pourrait tirer sur ces dernières et engendrer des douleurs au bas du dos. Il pourrait aussi  venir augmenter la courbure vertébrale lombaire.

Sachant que, le diaphragme glisse sur le psoas et le carré des lombes lors de ses mouvements, une accentuation de la courbe lombaire pourrait créer des adhérences entre ces muscles. Conséquence qui viendrait provoquer des blocages et par la même occasion, des douleurs.

Résultat? Une surcharge de travail pour d’autres groupes musculaires et l’effet domino finirait par causer des modifications posturales importantes.

 

 

 

En conclusion

Il vous est maintenant facile de constater à quel point le rôle du diaphragme est indispensable à notre bien-être.

L’important à retenir est que ce muscle doit être libre de tout contrainte afin d’avoir un rendement optimal. Notre corps ne peut se permettre de vivre avec un diaphragme aux prises avec des tensions ou des blocages.

La bonne nouvelle c’est qu’en massothérapie, plusieurs techniques sont réalisables afin de l’aider à récupérer son plein potentiel et que, certains exercices sont à votre disposition afin de vous aider à y parvenir.

Petit conseil en terminant : Prenez le temps de bien respirer. C’est la réponse à bien des problèmes!

Diaphragme Fin